Historique de la pétanque

Origine de la pétanque

 
L'origine du jeu de boule remonte à l'Antiquité. Les Grecs s'en servaient dans leurs gymnases comme exercice de force. Quant aux Romains, ils en firent un jeu d'adresse et l'introduisirent en France lors de la conquête des Gaules.
 Vers la fin du XIXième siècle, le jeu a été remis à la mode en Provence avec des boules cloutées en bois. L'appellation "pétanque" est née en juin 1910 au cours d'une partie disputée à La Ciotat. Afin de permettre à un vieil ami, très bon joueur mais perclus de rhumatismes, de pouvoir jouer sans se déplacer, un certain Ernest Pitiot imagina le lancer "pied tanqué" dans un cercle dessiné au sol.

De là, une contraction du provençal "ped tanca" en "pétanque" (pieds joints).

 

Dès 1930, un mécanicien Jean Blanc de St.Bonnet-le-Château eut l'idée de remplacer les anciennes boules en bois par des boulles métalliques (J.B.) et c'est finalement en 1955 qu'un fabricant de serrures de l'endroit, Frédéric Bayet, et son ami Antoine Dupuy, créèrent les premières boules en acier sous le nom "Obut". Ces deux marques restent parmis les plus connues !

La pétanque, tout d'abord cantonnée dans le sud de la France va, grâce à l'explosion du tourisme, gagner les régions du nord, puis progressivement l'Europe et tous les pays du monde. 

 La pétanque se distingue du "jeu provençal" par la longueur de jeu (6 à 12 m. pour l'un, 15 à 21 m. pour l'autre). A la "Lyonnaise", les joueurs doivent courir au moment de lancer leurs boules.

 

Origine de la pétanque en Belgique


 

La pétanque s’est implantée en Belgique en 1949 à Verviers.

Le 1 ier club, A.B.F., est toujours en activité.

En 1954, se créa une fédération de pétanque, fédération bien modeste certes, mais animée d’un esprit tellement vibrant, tellement cordial en son départ que son noyau spadois éclata proptement et déferla conjointement vers les régions liègeoise et bruxelloise.

Cette heureuse initiative allait apporter aux quatre coins de nos villes et villages, outre un dérivatif sain et démocratique, le sourire chalereux de la Provence.

En 1959, s’affilia le 1ier club en Flandre, Coninxdonck, et Gent devint le berceau de la pétanque en pays flamand.

Au cours de cet épanchement national, à la courageuse poignée de fondateurs liégeois allait s’associer une pléiade d’hommes publics, d’industriels, d’intellectuels, d’artistes et donner une envolée internationale et un standing brillant que peu de fédérations eurent la chance de posséder dès leur départ.

Grâce à des dizaines et des dizaines de dévoués, la Fédération devint un groupement national à caractère amical, mondain et sportif qui allait bientôt donner à travers le monde un renouveau inespéré à la pétanque.

Ces paragraphes, écrits en 1964 par M. René VAN NERUM, Secrétaire National, sont toujours d’actualité.

Marquons au fil des années :

  • En 1956 la naissance du journal “La Pétanque”.
  • Le 2 septembre 1957, une réunion à SPA avec les représentants de la Belgique, du Maroc, de Monaco, de la Suisse, de la Tunisie et de la France où la décision fût prise de créer la F.I.P.J.P., ce qui fut fait le 8 mars 1958 à Marseille.
  • En 1959, le 1ier Championnat du Monde à SPA.
  • L’élaboration des réglementations.
  • L’admission au Comité Olympique Belge.
  • L’organisation des diers championnats nationaux et championnats du monde.

En 1978, les décrets ministériels causèrent la scission de la fédération en deux ligues autonomes (la Fédération Belge Francophone asbl  et la Vlaamse Liga Pétanque Sport vzw). Depuis lors, la Fédération Belge de Pétanque/Belgische Pétanque Federatie coiffe ces deux ligues. Ce fut une période difficile, mais grâce à l’entente, au respect et à la collaboration entre ces deux ailes, la pétanque a repris un nouvel élan dans notre pays, au grand plaisir des pétanqueurs belges des 2 communautés.

En matière de pétanque, la Belgique est notoirement respectée dans le monde entier tant pour ses prestations sportives que pour son sens de l’organisation et son apport dans la gestion internationale.

La pétanque, un loisir pour les uns, un sport à part entière pour les autres, progresse sur tous les fronts, tant en quantité qu’en qualité,et, signe prometteur pour son aenir, les jeunes en ont fait la découverte avec enthousiasme !

En ce moment, les deux ligues regroupent environ 230 clubs et 13000 licenciés. Il faut y ajouter les dizaines de milliers de pratiquants non-licenciés; il y a encore du pain sur la planche pour notre Fédération.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×